Accueil > Les RV de la recherche > Les séminaires du Labo > Les conflits et les violences armées à l’aune des dynamiques familiales

Une approche comparée Afrique/Moyen-Orient

Jeudi 17 mars - Salle de réunion, LPED / Jeudi 20 janvier - Salle de réunion du LPED / Jeudi 19 mai - Salle de réunion du LPED

Cycle de séminaires du LPED

Personnel LPED impliqué

Les conflits et les violences armés, plus ou moins durables, marquent plusieurs sociétés contemporaines d’Afrique et du Moyen-Orient. Dans des contextes où « la violence détermine largement, voire sature, le champ du social » de nombreux aspects de la vie intime et familiale se trouvent affectés. Les pratiques matrimoniales, tout comme les divorces, reflètent le durcissement des appartenances ethniques et confessionnelles ; l’adoption d’une natalité élevée peut être envisagé comme une véritable arme dans un conflit de longue durée alors que le choix du lieu de vie, de l’exil ou bien du retour, sont directement liés aux divisions territoriales entre acteurs armés. Si l’espace familial constitue un lieu de protection, il peut néanmoins s’avérer un lieu de précarisation accrue pour ses membres. Comment la famille se recompose et s’adapte dans ces contextes ? Dans quelle mesure elle constitue une caisse de résonance de ces conflits et violences armés ?

Les travaux récents sur les sociétés en temps de guerre ont permis de dégager plusieurs mutations familiales d’abord en lien avec la prise des armes. Les pistes de recherches ouvertes par ces travaux, montrent toute la pertinence d’une compréhension des situations de guerre et de violence au prisme des recompositions familiales. Ce cycle de séminaire souhaite pousser encore plus loin la réflexion, en envisageant la famille à la fois comme un espace en recomposition et au sein duquel se transposent les conflits qui traversent l’espace public.

Pour ce faire nous proposons d’entamer une réflexion comparative entre deux aires géographiques : le Moyen-Orient et l’Afrique, au sein desquelles les études sur la famille ont peu ou pas dialogué. Espace social en pleine mutation, la famille constitue dans la majorité des pays de ces régions, la principale source de protection dans un contexte où les instances étatiques sont souvent affaiblies et défaillantes. En mettant en parallèle des terrains conflictuels, violents et de migrations forcées : le Burkina Faso, le Mali, le Togo, la côte d’Ivoire, la Syrie, le Liban, la Palestine, le Yémen, cette démarche comparative fait aussi dialoguer des sensibilités disciplinaires différentes (démographie, sociologie, anthropologie, science politique) afin de construire une réflexion transversale sur les interrelations entre famille et conflits.


Séance 1/4 le jeudi 20 janvier 2022 de 9h30 à 12h30

Format hybride, salle de réunion LPED Aix-Marseille Université (St Charles)

Charles Grémont (IRD, LPED) « Concurrences familiales au sein de la tribu Idaksahak. Un regard micro-historique sur les conflits violents au Nord-Mali (2012-2021). »

Anne Attané (IRD, LPED)« Les effets familiaux des insécurités : quand la peur et l’incertitude s’emparent des esprits »

Faith Atuhumuze (LPED, Center for Population and Applied Statistics (CPAS) Makerere University) « Family (re)construction within a Ugandan refugee settlement »

Séance 2/4 le jeudi 17 mars 2022 de 9h30 à 12h30

Format hybride, salle de réunion LPED Aix-Marseille Université (St Charles)

Morgann Barbara Pernot (Iris –EHESS, ICM, CFEE) « Étude intergénérationnelle de parcours de femmes yéménites immigrées à Djibouti »

Maud Saint-Lary (IRD, IMAF) « Les économies familiales de l’exil. Retour sur une enquête collective auprès des « déplacés » installés à Ouagadougou »

Aude Franklin (EHESS, CEMS) « Quand la famille n’est pas un refuge. Décrire l’expérience familiale des réfugié.es de RDC à Kampala, Ouganda »

Séance 3/4 le jeudi 19 mai 2022 de 9h30 à 12h30
Format hybride, salle de réunion LPED Aix-Marseille Université (St Charles)

Erminia Chiara Calabrese (Beatriu del Pinòs, CéSor/EHESS) « Foyer et intimités à l’épreuve du combat armé au Liban »

Valentina Napolitano (IRD, LPED) « Composer avec des multiples injonctions et normes de genre : parcours de femmes syriennes en Jordanie »

Séance 4/4 –jeudi 9Juin de 9h30 à 12h00
Format hybride, salle de réunion LPED Aix-Marseille Université (St Charles)

Stéphanie Latte Abdallah (CNRS, CERI) « Des proches dans la suspension du deuil et du carcéral (Palestine) »

Conclusions
Agnès Adjamagbo et Valentina Napolitano

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top