Accueil / Recherche / Territoires, Diversités Urbaines et Environnement / Les enclaves résidentielles à Marseille

Les enclaves résidentielles à Marseille

Les enclaves résidentielles à Marseille. Logiques spatiales, formes et représentations

Mots clés :

Ensembles résidentiels fermés – Fragmentation urbaine - Gouvernance urbaine - inégalités sociales et environnementales - - Renouvellement urbain – urbanité - citadinité – citoyenneté – ville

Thématique(s) de recherche

L’objet de ce programme est de questionner les facteurs géographiques, sociaux, politiques et environnementaux associés à la « fermeture » d’ensembles résidentiels intra-urbains. On cherche à quantifier et caractériser la grande diversification sociale et spatiale des formes d’ensembles résidentiels fermés, « sécurisés », dans le contexte d’une fragmentation urbaine forte et qui s’accroît aux échelles fines. Ce programme est approfondi et prolongé depuis 2010.

Résumé

Au delà des analyses « macro » qui réduisent la diffusion des Ensembles résidentiels fermés à un processus de globalisation, assimilant à tort tous ces ensembles aux « gated communities » américaines, la forte multiplication des « résidences fermées sécurisées » dans les villes françaises pouurait être attribuée aux inquiétudes des habitants pour leur sûreté, ou à la garantie de leur qualité de vie, thèmes centraux dans les discours politiques des récentes campagnes électorales nationales et municipales... En arrière fond se pose la question de la capacité publique à garantir la sûreté de tous les citadins/citoyens et à assurer l’entretien de leurs espaces de vie urbains. Diverses études récentes conduisent à remettre en cause l’interprétation purement « sécuritaire » et simplificatrice du phénomène. Cependant, le recours à ces formules résidentielles, relevant de la compétence de structures privées (copropriétés, associations syndicales, sociétés de gardiennage et d’entretien des espaces verts), tend à transformer les parties résidentielles des villes en « vastes copropriétés » d’où les pouvoirs publics tendent à se désengager.

A Marseille, des facteurs environnementaux spécifiques entrent en jeu : héritages historiques des lotissements et difficultés de la ville à prendre en charge, depuis un siècle, leur voirie privée ; faibles densités urbaines et la dépendance automobile, sur un territoire communal exceptionnellement vaste, qui aiguise les enjeux du stationnement résidentiel. Enfin, depuis 5 ans, la forte accélération du phénomène est lié au dynamisme de l’offre immobilière neuve, encouragée par une politique municipale volontariste inscrite dans une logique de compétitivité territoriale. Au final, il y a articulation de facteurs globaux (offre immobilière), nationaux (gestion libérale des espaces urbains) et locaux, résultat d’une longue histoire urbaine. La banalisation des résidences fermées est ici fortement liée à l’ampleur des inégalités de revenus, à leur marquage dans l’espace urbain et aux recompositions de leurs géographie, vers une « micro- fragmentation » urbaine accrue.

Méthodologie

Localisation sur le terrain et description précise de chaque ensemble résidentiel fermé dans son environnement (à ce jour 1000 sont inventoriés, géolocalisés, photographiés), afin d’établir un corpus exhaustif et de permettre la réalisation d’une typologie qui rende compte de la diversité du phénomène et permettre de donner sens à sa distribution spatiale (méthodologie : SIG).

Analyse de la chronologie et des modalités historiques de production de ces ensembles et leur place dans un contexte de fortes recompositions urbaines (spatiales, foncières, sociales, démographiques) à Marseille : étude géographique des programmes immobiliers, analyse de la politique de la ville.

Par croisements de données et requêtes géomatiques, analyses à échelle fine de contextes socio-environnementaux associés à la présence, au développement d’ensembles résidentiels fermés. Analyse des modalités d’usage de ces espaces, des choix et itinéraires résidentiels de leurs habitants (à travers des entretiens avec opérateurs et résidents).

Personnes du LPED impliquées

E. Dorier (Géographe, professeur des universités), S. Bridier (géographe géomaticien, MCF),

Ce programme a impliqué plusieurs étudiants. J. Garniaux et G. Audren (master 1 et 2, 2007 et 2008), J. Hubert (master1 2009), A. Hoareau (master1 2009).

Partenaires

V. Baby Collin (géographe, MCF, enseignant-chercheur, UMR TELEMME), J. Bertrand (GPV-Grand projet de Ville), I. Berry-Chikhaoui (géographe, MCF, enseignant-chercheur, FRE 3027 Mutations des Territoires en Europe), et collaboration avec S. Bridier (géographe, MCF, enseignant-chercheur, UMR ESPACE), J-N Consales (géographe, MCF, enseignant-chercheur, UMR TELEMME)

Financements

MEEDDAT (Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire) / PUCA - Club Ville Aménagement. Contrat de recherche D 0721 ( E.J. 07 00 905).

Calendrier

2007-2010 – prolongement dans le programme “Ville Passante” (2012-2013)

État d’avancement

rapport final au PUCA 2010 : DORIER E., BERRY-CHIKHAOUI I., BRIDIER S., BABY-COLLIN V., AUDREN G., GARNIAUX J. (2010), La diffusion des ensembles résidentiels fermés à Marseille. Les urbanités d’une ville fragmentée, rapport de recherche au PUCA, Contrat de recherche D 0721 ( E.J. 07 00 905), 202 p, 35 cartes et croquis, 30 graphiques, 68 illustrations photographiques. Ref. PUCA 1275. Résumé sur le site du PUCA : http://rp.urbanisme.equipement.gouv...

Valorisation :

  • Dorier-Apprill E, G. Audren, J. Garniaux, A. Stoupy, R. Oz, (2008) « El mercado de los conjuntos residenciales cerrados y la fragmentación en Marsella (Francia) : entre abandono municipal y estrategias de colaboración entre los sectores público y privado » RIDEAL IV Seminario Internacional : Gestión urbana : ¿Más Estado o más Mercado ? , Ciudad Juárez, Chihuahua, México y El Paso, Texas, EUA 26, 27 y 28 de mayo del 2008, conférence en ligne : http://www.ietcat.org/htmls04/RIDEA...
  • Dorier-Apprill E, G. Audren, J. Garniaux, A. Stoupy, R. Oz, (2008), (2008), « Ensembles résidentiels fermés et recompositions urbaines à Marseille », 2008, in Sécurités : Les espaces visibles et les réalités invisibles, numéro spécial revue Pouvoirs Locaux, Institut de la décentralisation, N° 78 III/septembre 2008, pp. 92-98

Pour en savoir plus ....

El mercado de los conjuntos residenciales cerrados

Territoires urbains et sûreté

Interviews d’Elisabeth Dorier et Therry Tatoni par la Provence

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top