Accueil > Agenda > Exposition : Paysages gravés du Haut-Atlas Une vision amazighe du (...)

Exposition : Paysages gravés du Haut-Atlas Une vision amazighe du monde

Du 11 au 15 février

Université Mohammed V Agdal, Rabat
Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Salle El Manouni
11-15 février 2020
Vernissage et conférences le 11 février à 18 h

Personnel LPED impliqué

Objectifs généraux

Cette exposition a pour objet de présenter de manière synthétique et vulgarisée les principales hypothèses et orientations de recherche de l’ouvrage publié aux éditions Errance en 2018 sous le titre "Les paysages gravés du Haut-Atlas marocain. Ethnoarchéologie de l’agdal.

Il s’agit d’une exposition itinérante bilingue (français, arabe) sur l’art rupestre du Haut-Atlas, avec les intitulés traduits en tifinagh ; elle comprend 16 panneaux (100 x 150 cm) sur support mobile (bâche) à destination d’un large public et en particulier les jeunes scolaires ou étudiants tant en milieu urbain (Rabat, Marrakech, Agadir) que rural dans le Haut-Atlas. L’exposition s’adressera tout particulièrement aux institutions d’enseignement et de formation qui accepteront de l’accueillir (universités, centres de formations, écoles, collèges et lycées), aux médias, enseignants, chercheurs, étudiants, mais aussi à un public plus large et à toute personne intéressée par le thème. L’exposition s’accompagnera dans chaque lieu d’un programme de conférences-débats et de visites sur le terrain quand ce sera possible.
En accord avec les orientations stratégiques et les principes défendus par l’Institut de Recherche pour le Développement (France), le projet contribuera à développer l’accès à l’information et aux savoirs scientifiques pour l’ensemble de la population marocaine. Il permettra en outre de sensibiliser le public aux enjeux de la patrimonialisation des paysages culturels du Haut-Atlas ; à l’échelle locale (charte territoriale d’agdal), nationale (parcs nationaux, géoparcs etc.), et internationale (notamment en vue de l’obtention du label UNESCO « paysages culturels de l’agropastoralisme méditerranéen »).

Contenu résumé

Les paysages gravés du Haut-Atlas sont des alpages situés à plus de 2000 mètres d’altitude. Les sites rupestres se concentrent sur les dalles de grès rouge à proximité des prairies humides, des sources et des bergeries occupées aujourd’hui par les éleveurs transhumants.
Depuis plus de quatre millénaires, une relation étroite entre gravures rupestres et transhumance est observée. Les alpages de l’Atlas montrent aussi la continuité d’une pratique communautaire originale - l’agdal - qui exprime les valeurs cardinales de la société pastorale amazighe : la pluie et la fécondité notamment. Dans ces hauts lieux, le partage des ressources entre les différents groupes d’éleveurs repose sur de nombreux rites et croyances mis en scène dans l’art rupestre. Ainsi se dessine le contour de paysages culturels remarquables où le caractère sacré constitue le support des relations entre l’homme et les ressources naturelles.
La mise en patrimoine des ces paysages culturels qu’il devient aujourd’hui urgent de préserver et protéger, présente d’importants enjeux, en particulier pour des populations montagnardes qui restent aujourd’hui parmi les plus pauvres du pays. Outre les dimensions pastorales et rupestres, les agdal gravés abritent plusieurs espèces végétales endémiques de souche alpine et boréale, d’un grand intérêt écologique en cette période de changement climatique accéléré. La patrimonialisation de ces territoires à différents niveaux - local, national, international - est-elle en mesure de préserver art rupestre et paysages ?

Calendrier prévisionnel

Rabat : Université Mohammed V Agdal (FLSH / LITOPAD), du 11 au 15 février 2020 (vernissage)
Marrakech : Club de l’Université Cadi Ayyad ou Museum d’Histoire Naturelle de Marrakech (printemps 2020, en cours de programmation)
Agadir : Centre National du Patrimoine Rupestre (été ou automne 2020)
Bivouac caravane Kafila : à définir

Après Marrakech, nous envisageons de transporter l’exposition dans le Haut-Atlas au cours de l’année 2020, en fonction des conditions météorologiques et selon un calendrier qui reste à préciser. Les lieux suivants sont envisagés :

  • Yagour (gîte de Tizi noucheg, Rachid Mandili)
  • Oukaïmden (gîte du CAF)
  • Tizi nTirghist - Jbel Rat (gîte d’Abachkou)
  • Aït Bouguemez (gîtes)

Partenariat

  • Le comité scientifique de l’exposition comprend les trois auteurs de l’ouvrage (Laurent Auclair, Abdelhadi Ewague et Benoît Hoarau) et Abdelkhalek Lemjidi (INSAP, CNPR) ; le comité technique et d’organisation est constitué de Maëva Maugeais (chargée de mission IRD) et Lucie Auclair (scénographe).
  • Les chercheurs et enseignants chercheurs membres des institutions partenaires du LMI MediTer : Université Mohammed V Agdal, Rabat (FSLSH / LITOPAD) et l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (FLSH / LERMA)
  • Institut National Supérieur d’Archéologie et du Patrimoine (INSAP) à Rabat et Centre National du Patrimoine Rupestre (CNPR) à Agadir
  • IRCAM (Institut Royal de la Culture Amazighe) pour la traduction en tifinagh
    Partenaires potentiels
  • Instituts Français (Rabat, Marrakech, Agadir)
  • Marrakech : Association TAWADA, Musée Berbère de Majorelle, Maison de la Photographie
  • Association Tizinoucheg, Association des Amis du Zat, Association Yagour
  • Club Alpin Français, Oukaïmden
  • Géoparc du Mgoun et Musée (Azilal)

À la une

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top