Accueil / Recherche / Territoires, Diversités Urbaines et Environnement / C3 - Enclaves sécurisées et ville passante

C3 - Enclaves sécurisées et ville passante

Enclaves sécurisées et ville passante : quelles urbanités pour une ville fragmentée ?

Responsable du programme : Élisabeth Dorier

Intitulé du programme

Enclaves sécurisées et ville passante : quelles urbanités pour une ville fragmentée ?

Mots clés :

Fragmentation urbaine - fermeture - ensembles résidentiels fermés - Perméabilité viaire - détours - déplacements -urbanités - géohistoire - citadinité - citoyenneté - ville

Thématique(s) de recherche

L’objectif de ce nouveau programme sur la fermeture est d’actualiser le corpus pour analyser les dynamiques de fragmentation spatiale dans l’espace marseillais et évaluer la réalité de leur impact en termes de gouvernance territoriale, d’évolution de l’urbanité, de perméabilités de l’espace urbain et de mobilités de proximités, face à l’idéal de la « Ville passante ».

Résumé

Le premier programme « Les enclaves résidentielles à Marseille. Logiques spatiales, dynamiques, formes et représentations - 2007-2010 »mené par l’équipe de recherche du LPED avait permis une circonscription précise du phénomène de la fermeture résidentielle à Marseille (Plus de 1000 résidences relevées sur le terrains et rentrées sous SIG) ainsi qu’une compréhension de ses dynamiques géohistoriques, politiques et juridiques (cf. rapport de recherche ici).

Une nouvelle étude, effectuée en 2013-2014 à la demande de la Ville de Marseille, a permis d’ actualiser ce corpus de résidences et surtout, l’étendre aux autres types de fermetures (non résidentielles) à Marseille. Plus que la question de la fermeture, c’est celle de son impact sur l’espace et les pratiques qui sont posées.

Les fermetures à répétition qui marquent l’espace marseillais depuis maintenant plus de 15 ans retranchent des parties importantes de voirie à la trame viaire générale avec un impact sensible sur l’accessibilité de certains points de la ville, en accentuant les détours et l’usage du « tout-voiture ». Marseille est confrontée à une « crise de la rue » posant de réels problèmes du point de vue de l’écologie urbaine et de la structuration de son territoire.

Du point de vue des urbanités et de l’impact sur les modes de vie, dans quelle mesure ces nouvelles morphologies influencent-elles les pratiques de la ville et la conception de la « qualité » de l’environnement marseillais par ceux qui y vivent ? (cette réflexion se trouvera également alimentée par le biais du programme de recherche de ANR EUREQUA lancé en mars 2012).

A la fois poursuite et élargissement du projet sur la fermeture résidentielle à Marseille (2007-2010), cette nouvelle étude permettra une comparaison temporelle des données récoltées (diffusion des résidences fermées, évolution des niveaux de fermeture etc.), le relevé précis de leur impact sur la perméabilité de la trame viaire et la documentation de cas anciens ou nouveaux de fermeture dans leurs aspects géohistoriques, juridiques ou sociaux, afin de poursuivre un travail de fond sur la compréhension du phénomène.

Méthodologie

Le programme reprend une méthodologie globale validée lors du précédent programme sur la fermeture résidentielle (2007-2010), complétée par des analyses d’images et des traitements spatiaux.

  • Relevés de terrain dans le but d’actualiser et de compléter une base de données SIG sur la fermeture (résidentielle et autre) en prêtant une attention particulière à la nature des accès et la possibilité de les franchir.
  • Analyse de la chronologie et des modalités historiques de production des ensembles résidentiels fermés anciens ou nouveaux, et leur place dans un contexte de fortes recompositions urbaines (spatiales, foncières, sociales, démographiques) à Marseille.
  • Analyse par entretiens et croisements géomatiques de l’impact sur les déplacements et la conception de la qualité environnementale de ces restrictions d’accès.
  • Modélisation et prospective concernant les perméabilités viaires et leurs potentiels d’évolution

Lien avec des projets présents ou passés

Ce travail est la continuation directe du programme « Les enclaves résidentielles à Marseille. Logiques spatiales, dynamiques, formes et représentations » (2007-2010), poursuivi par des travaux de Master2 sur les aspects de perméabilité de la trame viaire et de recomposition des statuts (J. Dario 2011 et D. Rouquier, en cours), sur les dynamiques et conséquences en termes d’urbanité et de qualité environnementale dans plusieurs quartiers (S. Balasc/ A. Dolo, P. Toth et J. Robillard en 2012). Le projet de thèse de Julien Dario (2012-2015) : « Fragmentation urbaine et qualité environnementale, une étude des continuités et discontinuités de la trame viaire à Marseille » s’inscrit dans cette ligne.
Une partie de cette étude est menée dans le cadre du contrat de collaboration de recherche « Développement urbain durable à Marseille » signé entre la Ville de Marseille et le LPED/AMU en septembre 2012. La Ville de Marseille finance une partie du coût du volet « Marseille Ville passante, étude sur les perméabilités viaires et leurs potentiels d’évolution » (13 mois). Ses résultats seront donc intégralement partagés entre le LPED et la Ville.

Pour les impacts sur la qualité environnementale et le vécu citadin, le programme est également lié à l’ANR EUREQUA (Evaluation mUltidisciplinaire et Requalification Environnementale des QUArtiers).
Personnes du LPED impliquées (chercheurs, enseignants-chercheurs, étudiants)
E. Dorier (Géographe, professeur des universités : coordinatrice scientifique du projet), S. Bridier (géographe géomaticien, MCF : co-responsable scientifique du projet), J. Dario (Doctorant géographe), G. Audren (doctorante géographe), D. Rouquier (Master 2 Géographe), A. Dolo (Ingénieure d’études géographe), Claire Le Dû (master géographie, enquêtes).

Financements

DADU (Direction de l’Aménagement Durable et de l’Urbanisme) : contrat de collaboration du 10 Septembre 2012 (12-23158 DADU) - Allocation de thèse région PACA (J. Dario « Fragmentation urbaine et qualité environnementale, une étude des continuités et discontinuités de la trame viaire à Marseille » 2012-2015).

Calendrier

2013-2016

Publications, articles de presse

Dorier E, Berry Chickaoui I, Bridier S . 2012, Fermeture résidentielle et politiques urbaines, le cas marseillais. In Articulo- Journal of Urban Research, n°8 (juillet 2012). http://articulo.revues.org/1973

Dorier E. Dario J., 10 fev 2013, « Fermetures éclair » in revue Esprit de Babel, http://www.esprit2babel.net/2013/02/fermetures-eclair/

Dorier E. Dario J., 4 oct 2013, « Hautes clôtures à Marseille », in Le libé des géographes. (1 p, 1 carte) http://www.liberation.fr/societe/2013/10/03/hautes-clotures-a-marseille_936834
Dorier E. , 7 avril 2013, « Le phénomène des résidences fermées est plus important à Marseille qu’ailleurs », Marsactu, talk quartiers, archi et urbanisme, http://www.marsactu.fr/archi-et-urbanisme/le-phenomene-des-residences-fermees-est-plus-important-a-marseille-quailleurs-30791.html -

Dorier E. , et Dario.J. 20 mars 2014, interview in MARSACTU , société : 29% de logements sont situes en residences fermees à Marseille

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top