Accueil / Valorisation et événements scientifiques / Séminaires du LPED / Trajectoires d’enfants en contexte de pauvreté . Regards croisés sur les (...)

Trajectoires d’enfants en contexte de pauvreté . Regards croisés sur les enfants au travail dans des métropoles andines et ouest-africaines

Mardi 1er avril 2014

Mardi 1er avril 2014, de 9h30 à 13h00

Salle de réunion du LPED - Bâtiment 8, 3e étage

Aix-Marseille Université, Centre Saint Charles,
3 place Victor Hugo, Marseille

Le séminaire s’articulera autour de deux interventions :

Statuts et trajectoires d’enfants travailleurs migrants : l’exemple des petites bonnes d’Abidjan. par Mélanie Jacquemin, spécialiste des questions d’enfants travailleurs migrants en Afrique de l’Ouest, sociologue, chargée de recherches à l’IRD dans l’UMR 151-LPED (IRD/AMU) à Marseille. Elle développe actuellement des recherches qui interrogent les trajectoires des enfants travailleurs migrants au Sénégal, dans leur articulation avec l’évolution des structures familiales, les relations de parenté, de genre et de générations, les rapports école/ éducation/ travail, et les dynamiques de l’économie informelle urbaine, en particulier le travail des femmes.

Cette communication porte sur les « petites domestiques » à Abidjan, une main-d’œuvre principalement composée de fillettes et jeunes filles migrantes venues des campagnes ivoiriennes travailler en ville sans leurs parents biologiques.
Les biographies des petites domestiques montrent que dans leurs trajectoires (3 à 5 ans le plus souvent, parfois jusqu’à 10-12 années), plusieurs statuts d’emploi peuvent, ou non, se succéder. Ces statuts différents (« petite nièce »/ « enfant louée »/ « petite servante salariée ») seront exposés et explorés à travers une typologie des pratiques et des représentations qui met en valeur les rapports sociaux correspondant à chacun d’eux. Quelques cas types seront présentés afin d’examiner quels sont les passages et les différences de situation entre apprentissage domestique (sur le modèle du fosterage), extorsion de travail, et situation de salariat, mais aussi de montrer comment les recompositions de leur entourage et l’apprentissage de nouveaux savoirs permettent peu à peu aux adolescentes d’exercer davantage de pouvoir sur leur propre vie.
Prenant appui sur des matériaux ethnographiques issus de trois terrains d’enquêtes menés en Côte d’Ivoire au tournant des années 2000, l’objectif est d’interroger ce que les trajectoires d’une main-d’œuvre juvénile particulièrement dominée nous disent des logiques sociales à l’œuvre dans le développement de l’agency des enfants travailleurs, entre vulnérabilité accrue et prise d’autonomie.

Analyser les parcours de vie d’enfants en situation de précarité. Enquêtes biographiques sur le travail des enfants et les ruptures familiales dans les métropoles andines (Lima, La Paz/El Alto). par Robin Cavagnoud, sociologue de l’enfance et de la famille, actuellement pensionnaire post-doctorant de l’Institut français d’études andines (IFEA, UMIFRE 17 MAE – CNRS) en Bolivie où il développe le projet de recherche « Ruptures et recompositions des entourages de l’enfance en situation de grande précarité en Bolivie ». Auteur en particulier de Entre la escuela y la supervivencia. Trabajo adolescente y dinámicas familiares en Lima (IFEA, IEP, 2011, 438 p.) et de L’enfance entre école et travail. Enquête sur des adolescents de Lima (Karthala, 2012, 252 p.), ses travaux portent sur le travail des enfants, les stratégies familiales face à la précarité (migration, prostitution) ainsi que sur les politiques de protection sociale et les constructions socioculturelles de l’enfance dans les pays andins.


crédits photo : Robin Cavagnoud

Les enfants et les membres de leur famille vivant dans des conditions de précarité subissent ou provoquent des événements qui font évoluer leurs parcours de vie et varier la notion de besoin. Ces faits importants (séparation, décès, migration, perte d’emploi, naissance, etc.) modifient voire bouleversent l’organisation quotidienne des familles ainsi que la place et le statut accordé à chaque enfant dans le ménage. Ils marquent des situations de rupture suivies de phases de recomposition qui entrainent soit une stabilisation des conditions de vie soit un approfondissement de la précarité. L’identification et l’analyse de ces « bifurcations biographiques » et les séquences qui les suivent posent un défi pour les sciences sociales du point de vue méthodologique et épistémologique.
À partir d’enquêtes de terrain sur le travail des enfants à Lima (Pérou) et sur les ruptures familiales à La Paz et El Alto (Bolivie), nous présenterons les outils permettant de saisir les parcours de vie dans leur complexité et produire des résultats originaux sur l’enfance en situation de précarité dans les pays andins. L’ensemble des champs (famille, école, travail, groupe de pairs, rue, ONG, milieu institutionnel) simultanés ou successifs, complémentaires ou opposés, réguliers ou discontinus, seront observés dans les séquences qui précèdent et suivent les ruptures biographiques, entraînant des changements de statuts, de projets et d’attentes de la part des enfants au fil de leur itinéraire. Suivant cette grille d’analyse, nous approfondirons plus spécifiquement les facteurs de déscolarisation des enfants au travail et la pertinence de la catégorie d’enfants des rues.

Contacts :

Mélanie Jacquemin, melanie.jacquemin ird.fr

Robin Cavagnoud, rcavagnoud ifea.org.pe

Amélie Salmon, communication.lped ird.fr

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top