Accueil / Valorisation et événements scientifiques / Séminaires du LPED / Mondialisation, travail et genre : Les temporeras ou les travailleuses (...)

Mondialisation, travail et genre : Les temporeras ou les travailleuses invisibles du secteur agro exportateur chilien. Étude de la Vallée du Limarí

Mardi 24 juin 2008. Présenté par Tamara Heran, LPED, Marseille

Résumé

Dans le contexte de la mondialisation, des transformations dans les plans sociaux, économiques et environnementaux ont eu lieu au Chili. Depuis les années 1980, des stratégies de développement basées sur un modèle d’exportation fondé sur le paradigme des avantages comparatifs ont été mises en oeuvre, en bouleversant les dynamiques socio-économiques, identitaires et territoriales. Dans le plan agricole, ces stratégies de développement se sont concrétisées par la promotion de l’agriculture moderne d’exportation, notamment des entreprises agro-industrielles, et par la promotion de la flexibilité du travail.

Notre recherche qui débute porte sur ces transformations socio-économiques, identitaires et territoriales dans le monde du travail agricole, grâce à l’étude des travailleurs saisonniers agricoles de l’agro-industrie d’exportation dans la Vallée du Limarí, désignés les temporeros et les temporeras. C’est un ensemble de travailleurs qui ont émergé depuis l’apparition d’une nouvelle demande de main d’œuvre du secteur agro-industriel d’exportation, pour la récolte et l’emballage des fruits et des légumes.

La constitution des temporeros et des temporeras a entraîné un nombre d’éléments particuliers tels que : une embauche d’une main d’œuvre résidente et migrante entre les régions du pays dans une extension d’environ 1.800 km de longueur ; une flexibilité du travail avec des relations instables, des salaires variables et des longues journées de travail ; un travail informel, sans contrat, avec des conditions de travail précaires, hors norme et sans protection sociale ; et une féminisation du marché du travail agricole, étant donné qu’une grande partie de cette demande est satisfaite par des jeunes et des femmes. De manière générale, il s’agit d’activités de travail manuelles, sans qualifications, spécialisées, et pour des périodes déterminées de l’année.

Cette étude s’encadre dans le programme « Société, Environnement et Mondialisation dans le Chili aride » SEM-Chili a été mis en place par l’IRD (LPED) et L’Université de La Serena - Chile (Département d’Agronomie). Le but de ce programme est d’approfondir la réflexion sur l’impact socio-économique et environnemental d’une politique de développement fondée sur la promotion d’une agriculture moderne d’exportation en milieu aride, à partir de l’exploitation d’un réseau d’observatoires des changements socio-économiques et environnementaux, sur la base de l’approche des systèmes agraires : Comunidades Agrícolas de secano des interfluves côtiers, Comunidades Agrícolas de la haute cordillère, petite agriculture irriguée des vallées, agriculture d’exportation autour des grands barrages.

Lors de cette présentation, nous exposerons d’abord brièvement les recherches menées par le Programme SEM-Chili. Ensuite, nous présenterons les principaux éléments qui sont entremêlés dans le sujet des temporeros et des temporeras, à partir de l’analyse des études menées dans les années précédentes et des premières visites du terrain. Finalement, nous proposerons un débat sur le sujet présenté et sur l’approche méthodologique dont nous aborderons notre travail de terrain.

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top