Accueil / Valorisation et événements scientifiques / Séminaires du LPED / Femmes, enfants et adolescents migrants en Afrique

Femmes, enfants et adolescents migrants en Afrique

Vendredi 12 avril 2013

Journée d’études LPED

avec le concours des étudiants de 3e année du département de sociologie/AMU

12 avril 2013, Amphi J, 10 H à 12 H

Femmes, enfants et adolescents migrants en Afrique : Discussion autour de l’autonomie en situation migratoire

Les images spontanées ou médiatiques qui englobent les figures de femmes ou d’enfants d’Afrique en situation de migration solitaire ou indépendante (i.e. sans époux ni parents) sont souvent négatives : traite, exploitation voire esclavage ou prostitution. Par contraste avec la notion de migration passive qui continue ainsi parfois à être appliquée aux femmes, aux enfants et adolescents africains en situation de mobilité spatiale, leurs pratiques et leurs trajectoires relèvent aussi d’une démarche active. La migration volontaire des femmes liée à différentes formes de travail — notamment dans le mouvement de globalisation du travail de care (Parrenas, 2001 ; Destremau & Lautier, 2002 ; de Regt, 2010) ou dans le commerce au long cours (Bredeloup, 2012) — a pu sortir de l’ombre des migrations des hommes ou de regroupement familial au cours de la dernière décennie, avec cependant une vision parfois idéaliste qui perçoit toute migration féminine Sud-Nord comme émancipatrice (Feldman, 2009). Plus récemment encore a été amorcé un courant de recherche visant à revisiter la question des migrations des enfants en Afrique (Knorr & Nunes, 2005 ; Hashim & Thorsen, 2011 ; Razy & Rodet, 2011), par-delà la vision parfois enchantée des pratiques dites « traditionnelles » de circulation des enfants mais aussi, et des perceptions victimisantes véhiculées par les discours onusiens dominants sur le trafic et le travail des enfants.

En proposant de déconstruire les stéréotypes associés aux migrations des femmes et des enfants, cette journée d’étude veut poser la question de leur agency, de leur capacité d’action, à travers l’examen de leurs pratiques et représentations en situation de mobilité. Malgré les contraintes sociales et familiales, en quoi leur expérience migratoire est-elle un support de construction de l’autonomie (de Gourcy, 2005) ? En quoi les dimensions économiques et non-économiques de ces mobilités nous renseignent-elles sur les modalités de construction, de négociation des statuts et des positions sociales, notamment dans le jeu des rapports sociaux de sexe, d’âge, de génération et de classe ?

Trois chercheures, anthropologues et sociologue, présenteront des travaux menés en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali) dans la perspective d’ouvrir la discussion et les débats scientifiques autour de ces figures de migrants, finalement méconnues, et de revisiter la notion d’autonomie dans la migration.

Nehara Feldman (CSE/EHESS, Paris)

Mélanie Jacquemin (IRD/LPED, Marseille)

Dorte Thorsen (University of Sussex, Brighton)

Contacts : Sylvie Bredeloup/LPED (06 81 72 61 55) ou Constance de Gourcy/AMU (06 62 88 22 16)

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top