Accueil / Recherche / Population, Migrations et Santé / Programmes achevés / EJEMA

EJEMA

Être jeune à Madagascar : sexualité et gestion des risques

Mots clés

sexualité, grossesses précoces, avortement, contraception, adolescents, genre, Madagascar

Thématique(s) de recherche

Ce programme traite de la gestion des risques liés à la sexualité par les adolescents à Madagascar. Il analyse les comportements de la population jeune en termes de prise de risque ou de prévention face à ces risques (grossesses précoces, IST-Sida et avortement).

Résumé

La question de recherche du programme EJEMA est la suivante : pourquoi les jeunes filles et garçons prennent le risque d’une grossesse, d’attraper une IST ou d’avoir recours à l’avortement, sachant que la « sanction » sociale ou sanitaire peut être très importante (devoir quitter l’école, être rejetée par sa famille, avoir des problèmes de santé…) ?

L’objet du programme de recherche EJEMA est donc d’étudier les comportements sexuels et procréateurs des jeunes à Madagascar en intégrant la notion de risque autour de deux grandes thématiques : perception du risque de grossesse et d’IST par les jeunes, stratégie de protection face à ces risques. Il s’agit de replacer ces stratégies dans leur contexte socioculturel. En effet, la sexualité protégée et non protégée et la fécondité des adolescents à Madagascar s’inscrivent dans des contextes socioculturels qui varient sensiblement d’une région à l’autre. La sexualité et la fécondité des jeunes sont tolérées voire encouragées dans certaines populations, totalement réprouvées dans d’autres. Les différentes zones d’étude du programme permettent d’illustrer cette diversité culturelle.

Méthodologie

Différentes types de données sont mobilisés : des données quantitatives nationales (enquêtes démographiques et de santé) ; des données quantitatives originales (enquêtes sur la population étudiante, lycéenne d’Antanarivo) ; des données qualitatives originales (entretiens menées auprès d’étudiants et d’adolescents à Antananarivo).

La partie collecte et analyse des données est achevée. Le programme est en phase de valorisation. Il prendra fin en décembre 2011.

Personnes du LPED impliquées

Chercheurs

Etudiants

Partenaires

  • Lina Raakotoson, Institut Pasteur de Madagascar
  • Clotilde Binet, CERPOS, Université Paris X
  • Odile Hanitriniaina, Institut national de Santé Publique et Communautaire d’Antananarivo
  • Stellina Rajaonarisoa, Département d’Histoire, Université de Madagascar
  • Brigitte Volonona, Département recherche, FISA, Antananarivo

Financements

IRD, FISA

Calendrier

Janvier 2006- Décembre 2011

Etat d’avancement au 1er septembre 2008

  • Collecte de données et analyse des données terminées
  • Valorisation et publication en cours

    Pour en savoir plus ....

Gastineau B., 2005, « Devenir parents en milieu rural malgache. Evolutions dans la province d’Antananarivo », Tiers-Monde, n°182

Gastineau B., Rakotoson L., 2006, « L’évolution de la population à Madagascar », Tsingy, n°4, pp.23-36.

Gastineau B., Hanitriniaina O., 2008, « Connaissance de la contraception et sexualité à risque chez les jeunes à Antananarivo (Madagascar) », Médecine d’Afrique Noire, Avril 2008.

Binet C., Gastineau B., 2008, « Mariage, fécondité et autonomie conjugale à Madagascar », Autrepart, n°47, pp.43-56

Binet C., Gastineau, Rakotoson L. 2009 « Fécondité précoce à Madagascar. Quel impact sur la santé maternelle et infantile ? » Cahiers Santé : 19(3), pp. 159-166.

Gastineau B., Rajaonarisoa S. 2010 « Santé de la reproduction et avortement à Antananarivo (Madagascar). Résultat d’une recherche originale » Afr. J. Reprod. Health 2010 ; 14[2], pp. 223-232

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top