Accueil / Agenda / CYCLE DES CONFÉRENCES DU LPED 2013 LES SCIENCES PARTICIPATIVES

CYCLE DES CONFÉRENCES DU LPED 2013 LES SCIENCES PARTICIPATIVES

Jeudi 12 septembre 2013

« Du recueil de données aux changements de catégories.
La recherche collaborative en sciences humaines sur l’environnement au Sud
(Sénégal, Brésil, Bolivie) »

CYCLE DES CONFÉRENCES DU LPED
2013

LES SCIENCES PARTICIPATIVES


Jeudi 12 septembre 2013
De 9h à 12h

« Du recueil de données aux changements de catégories.
La recherche collaborative en sciences humaines sur l’environnement au Sud
(Sénégal, Brésil, Bolivie) »

François Bousquet, sciences de l’environnement (GREEN-CIRAD) : « Jeux de rôle et théâtre-forum pour la gestion des ressources renouvelables : exemples au Brésil et au Sénégal »

Frédérique Jankowski, anthropologue (GREEN-CIRAD) : « Photo-ethnographie sur la qualité des sols au Sénégal : la co-construction des connaissances à l’épreuve des modes de communication »

Sophie Lewandowski, sociologue (LPED-IRD) : « Connaissance sociologique et processus de transformation sociaux : la gestion de l’eau en Amérique du Sud au prisme du théâtre de l’opprimé »

Science citoyenne, science partenariale, science collaborative, recherche avec les communautés, recherche-action itérative, etc. : la variété des terminologies et des approches utilisées pour traiter des recherches participatives témoigne tout à la fois de leur dynamisme actuel et des débats qu’elles génèrent (Lavigne-Delville et al., 2000). Au cœur de l’évolution des relations sciences-sociétés, elles ont été redéployées dans les pays du nord notamment grâce aux nouvelles technologies et aux mouvements citoyens. Dans les recherches en santé, éducation, agriculture, environnement, les acteurs non scientifiques s’impliquent de telle sorte qu’ils sont en phase de devenir un « tiers-secteur scientifique » (selon Neubauer). Sur les thématiques environnementales, les recherches participatives sont particulièrement anciennes et trouvent aujourd’hui un succès important notamment dans les sciences de la nature (Callon et al., 2001 ; Charvolin et al., 2007 ; Mathieu, 2012 ; Gourmand, 2012 ; Bœuf et al., 2012 ; Storup, 2013).

Dans les pays du Sud, les sciences participatives sur l’environnement sont étroitement liées au long processus de réhabilitation des savoirs locaux. Marquée par des reconnaissances institutionnelles internationales (art 8j de la convention de Rio). Ce processus a souvent trouvé son origine dans l’examen des savoirs naturalistes dans des démarches transdisciplinaires (Haudricourt & Hedin, 1943), en ethnoscience (Murdock, 1950), en l’anthropologie (Lévi-Strauss, 1962 ; Descola 1986 ; Ingold, 2000), etc. Les débats sur les contours, le statut et l’usage des savoirs locaux relatifs à l’environnement (traités radicalement par la littérature des postcolonial studies -Loomba et al. 2005), ont contribué –corrélativement à l’échec des processus dit de développement- à l’essor des recherches participatives sur ces questions.

Sur le continent africain, elles ont souvent été mises en œuvre dans les projets de développement et de recherche-action (Boiral et al., 1985 ; Olivier de Sardan, 1996 ; Dupré, 1991 ; Leach & Fairhead, 2003). Au Sénégal, elles ont été expérimentées par des chercheurs (D’Aquineau et al., 2002 ; Boutinot et al., 2008), comme par des praticiens notamment avec les méthodes de MARP -RRA/PRA-, PIPO et RAP à la validité scientifique controversée (Fall & Lericollais, 1992).
En Amérique Latine, les recherches participatives ont trouvé leur impulsion originelle dans les mouvements sociaux et les textes des théoriciens de la libération populaire. Au Brésil, Paulo Freire (Freire, 1970) a lancé une approche en terme de recherche participative conscientisante et transformatrice, relayée aujourd’hui par des interrogations multiples en matière de science participatives environnementales au Brésil (Lechopier, 2010) et ailleurs (Hernandez & Romero, 2010). En Bolivie, divers travaux voient le jour, notamment en anthropologie participative sur les ontologies de la nature (Cusicanqui, 2007) à partir de modèles comme celui de la sociologie participative d’Orlando Fals Borda.

Sur les deux continents, les expérimentations vont d’un simple recueil de données à la constitution collaborative des thèmes de recherche, des questionnements, des modes de recueils de données, de leurs interprétations et de l’usage de leurs résultats.
A partir des caractéristiques de trois outils (ethnophotographie, théâtre forum et jeux de rôle), les interventions du séminaire posent la question de la possibilité effective de mener des recherches collaboratives en environnement qui dépassent la simple participation des enquêtés à des relevés de données et interroge les impacts socioculturels de telles pratiques.

Contacts : sophie.lewandowski ird.fr ; didier.genin ird.fr

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top