Accueil / Recherche / Population, Migrations et Santé

Population, Migrations et Santé

POeMS

Mots-clés : Populations, santé, migrations, vulnérabilités, genre, inégalités, politiques publiques, dynamiques familiales, maladies à transmission vectorielles, comportements sanitaires.

L’axe POeMS interroge les capacités des individus, des familles et des groupes sociaux des pays du Sud à agir sur le monde dans des contextes contraignants. Les questions de trajectoires, de mobilité et d’adaptation sont ainsi au cœur de nos préoccupations. Nous les explorons dans trois champs de recherche : la famille, l’enfance et le genre ; l’environnement et la santé ; la mobilité et la migration.

Nous mobilisons une approche interdisciplinaire aux croisements de l’anthropologie, de la démographie, de l’histoire et de la sociologie. Celle-ci nous permet de confronter des perspectives (transversales / historiques), des échelles d’analyse (micro / macro), ainsi que des outils de collecte et de traitement de données. Des méthodes quantitatives et qualitatives sont mises en complémentarités autour d’objets de recherche communs et replacées dans leurs dimensions historiques. Nous questionnons de la sorte des notions souvent considérées comme figées comme « la migration », « le ménage », « l’enfance », « l’apprentissage »,« l’éducation » . Cette approche permet d’éclairer des mécanismes inédits du changement social au Sud.

L’objectif des recherches, fixé en début de quinquennat, visait à analyser les dynamiques sociétales et de population ainsi que les pratiques sanitaires, en tenant compte des vulnérabilités sociales, économiques et environnementales et des rapports de genre.

Quatre grandes orientations ont structuré les recherches :
1) la composante « Pauvreté, inégalités et politiques publiques » s’est s’intéressée principalement aux modalités de prise en charge de la santé des populations à travers l’étude des politiques et des programmes de prise en charge des enfants dans des situations de rupture familiale ;
2) la composante Genre, Familles et reproduction a mis l’accent sur l’évolution des dynamiques familiales et les rapports sociaux de sexe dans les sphères privée et publique ;
3) la composante Imaginaires des mobilités, figures de migrants et politiques migratoires a interrogé, quant à elle, les recompositions familiales et identitaires dans les villes africaines à l’aune des migrations internationales ;
4) la composante Santé et environnement a mis l’accent sur les facteurs environnementaux de la santé, s’intéressant tout particulièrement au paludisme et aux liens entre eau et santé en zone urbaine africaine, ainsi qu’aux impacts des aléas climatiques sur la morbidité.

Ces 4 questions de recherche ont largement été documentées au cours du quinquennat et elles ont toutes donné lieu à des publications, des événements scientifiques, des travaux d’étudiants et de doctorants. Dans le même temps, de nouvelles thématiques ont émergé. Ceci tient d’abord à l’environnement scientifique : par exemple, POEMS a su répondre à des sollicitations pour participer à des projets de recherche sur les changements climatiques et environnementaux globaux, problématique peu évoquée dans le projet de quadriennal rédigé en 2010. Les évolutions thématiques de POEMS s’expliquent également par la composition renouvelée du groupe de recherche : entre 2012 et 2016, quatre chercheurs ont quitté POEMS tandis que sept l’ont rejointe. Le dynamisme scientifique de l’axe est également dû à l’intégration de 12 chercheurs associés et à la présence de 7 doctorants . De nouvelles disciplines sont représentées : histoire, géographie, droit ; d’autres comme la sociologie et l’anthropologie ont été renforcées. Les chercheurs arrivants ont fait évoluer les thématiques de recherche de POEMS : les questions de l’enfance et de l’éducation par exemple ont pris une grande importance dans l’axe. Ce nouveau groupe nous permet de développer des approches interdisciplinaires au sein des sciences sociales sur chacune de nos thématiques et de monter des projets de recherche qui réunissent un grand nombre de chercheurs de l’axe.

Responsable d’axe : Valérie Delaunay

Axes de travail

Projet de recherche de l’axe

Pauvreté, inégalités, politiques publiques

Si les questions de pauvreté, de vulnérabilité et d’inégalités ainsi que les politiques publiques menées pour y faire face demeurent en filigrane de la plupart des projets de recherche de l’axe, certaines actions de recherche se sont inscrites directement dans cette perspective de travail.
Au Maroc, les études ont permis de mettre en évidence les facteurs de vulnérabilité qui affectent différentes populations et les apports et déficiences des programmes de santé et de population dans la prise en charge des groupes les plus démunis.

Dans cette même perspective des travaux de recherche à Madagascar ont permis de mettre en exergue certains facteurs de vulnérabilité des enfants et d’en proposer un cadre conceptuel d’analyse.

Genre, familles et reproduction

Au cours du quadriennal, une large part des travaux s’est concentrée sur l’étude du changement social en lien avec les dynamiques familiales. L’approche de la famille a associé une description fine des structures des ménages à l’analyse des rôles intrafamiliaux. Une attention particulière a été accordée à la division du travail au sein des ménages et, en particulier, à la place des femmes et des filles dans la production des ressources. Les travaux ont mobilisé plusieurs chercheurs du laboratoire et donné lieu à la combinaison d’une approche démographique classique des structures des ménages et d’une approche inspirée de la sociologie de la famille et de l’anthropologie de la parenté ; abordant les pratiques et les représentations dans leurs évolutions et sous le double prisme du genre et de l’âge.

Les études menées dans cet axe ont permis un éclairage sur les questions de pauvreté et plus particulièrement sur la capacité des ménages à faire face à leurs besoins essentiels. La manière dont les différents membres qui composent le ménage s’organisent pour prendre en charge les dépenses récurrentes et les charges liées à l’éducation des enfants et à la santé, ainsi qu’au travail domestique a été analysée. Dans cette perspective, une réflexion s’est engagée sur les questions de conciliation travail / famille, encore très peu prises en compte dans les sociétés africaines. Cette réflexion est par ailleurs constitutive d’un autre élément central dans cet axe : celui des conditions d’accès à l’autonomie des individus (surtout des femmes et des jeunes) et des couples.

Figures de migrants, imaginaires des mobilités et politiques migratoires

L’entrepreneur-migrant, le pasteur itinérant et l’étudiant ou la porosité des figures de migrants

Nos travaux se sont efforcés de mettre en évidence la diversité des profils de migrants, la labilité de leurs itinéraires professionnels ainsi que l’instabilité de leurs statuts juridiques, en réaction au durcissement généralisé des politiques migratoires. Nous avons poursuivi les travaux engagés sur la figure de l’entrepreneur-migrant en éclairant de nouvelles facettes.

Migrations d’aventures et imaginaires de la mobilité

L’aventure a été appréhendée comme objet anthropologique, susceptible de renouveler la lecture des migrations contemporaines. Les dimensions culturelles, morales de la migration ont en effet été largement occultées par l’historiographie et la sociologie des migrations. Or, cette clé de lecture permet d’appréhender les processus d’autonomisation à l’œuvre dans la migration et d’éclairer sous un autre jour, des parcours, des motivations, des engagements et des conversions.

Nomades et migrants dans l’espace Sahara-Sahel, des expériences conjointes

Les changements environnementaux, les conditions de l’économie néolibérale et le développement des outils de communication (routes, moyens de transport, téléphonies) ont renforcé la nécessité et le désir de mobilités. Du côté des pasteurs-nomades, la tendance est, cependant, à la sédentarisation, en ville ou au sein de villages érigés à partir des sécheresses des années 1980 et plus massivement à partir de la fin des années 1990, dans un contexte de décentralisation.

Migrations et nouvelles dynamiques religieuses en Afrique méditerranéenne

L’émergence du religieux sur les scènes migratoires soulève des questions aussi bien sur les stratégies religieuses des migrants dans les nouvelles sociétés où ils passent et s’installent que sur les organisations confessionnelles en quête d’expansion et de reconnaissance. Sur les routes migratoires, la religion est considérée comme une ressource spirituelle mais aussi sociale et économique mais permet également de créer des continuités territoriales, sociales, économiques, politiques et imaginaires entre différents pays et « communautés ».

Santé, démographie et environnement

D’après les données actuelles, les changements démographiques et climatiques ont une influence directe majeure sur la répartition géographique et les densités des vecteurs et pathogènes et sur les maladies qu’ils transmettent, notamment en Afrique (cf. paludisme, zika, chikunguniya, etc.). Sur ce continent, la pression anthropique sur les milieux naturels (déforestation) et sur les surfaces cultivées (cultures irriguées), l’urbanisation parmi l’une des plus rapides au monde et le changement climatique perturbent profondément les écosystèmes, les modifient ou les dégradent, et favorisent l’expansion des territoires de maladies existantes ou émergentes. Ces maladies ont quasiment quadruplé au cours des cinquante dernières années dans les pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud-est. De même, certaines espèces vectrices d’Afrique se sont adaptées à de nouveaux éco-anthroposystèmes (aedes albopictus, an. colluzzi, etc.).

En savoir plus...

Portfolio

Aix-Marseille Université,
Centre St Charles, case 10
3, place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03
France
Tél. : +33 (0) 4 13 55 07 46
Fax : +33 (0) 4 91 08 30 36
lped.contact ird.fr

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top