Accueil > Recherche > Pôles de recherche > Mobilité, ressources, savoir-faire

Mobilité, ressources, savoir-faire

Tukkiman

Personnel LPED impliqués

  • BAVA Sophie - Doctorat d’anthropologie sociale et ethnologie
  • BLUNDO Giorgio - Anthropologue
  • BREDELOUP Sylvie - Socio-anthropologue, docteur de l’École des hautes études en sciences sociales (Centre d’études africaines, Paris) et urbaniste (École nationale des ponts et chaussées, Paris), HDR, directrice de recherches à l’IRD.
  • FLAHAUX Marie-Laurence - Chargée de recherche, démographe
  • GRÉMONT Charles - Chercheur IRD
  • JACQUEMIN Mélanie - Sociologue, chargée de recherche à l'IRD. Chercheure associée au LISST - Centre d’anthropologie sociale (UMR 5193- UTM/CNRS/EHESS, Toulouse)
  • PERRIN Delphine - Juriste, politiste - Chargée de recherche à l'IRD

L’intention scientifique du pôle Tukkiman (« le voyageur », en wolof), à l’image du LMI MOVIDA, vise à dépasser les frontières géographiques, culturelles et disciplinaires qui font obstacle à une compréhension renouvelée des mobilités et des dynamiques migratoires dans les Afriques méditerranéenne, saharienne et subsaharienne. Des éclairages sont également portés au-delà du continent africain (Amérique latine, Asie, Europe).

Animation du pôle : Charles Grémont

Contexte

Les chercheurs et les étudiants regroupés dans cet axe ont ainsi à cœur, à partir de leurs différentes disciplines et de leurs terrains respectifs, de déconstruire les idées reçues, particulièrement tenaces en matière de migrations et plus encore ces dernières années où la « crise migratoire » est à la une des média européens et se trouve parfois instrumentalisée, par certains politiques, dans la corrélation simpliste qu’ils établissent entre croissance démographique et migrations.

Tukkiman affiche le parti-pris d’étudier les expériences de la mobilité et de la migration au plus près des premiers intéressés, ceux qui rêvent, imaginent, se projettent, se débrouillent, acquièrent des savoir-faire, voyagent, traversent, reviennent, et pour certains aussi ne partent jamais. Les politiques migratoires sont également objet d’étude sous un prisme similaire, au travers des acteurs multiples impliqués dans leur fabrique.

+++Axes de recherche

Cinq axes structurent le pôle Tukkiman

La mobilité dans tous ses é(É)tats

La mobilité, pour ce qu’elle donne à voir de la fluidité des rapports sociaux et des nouvelles formes de déplacements, ouvre des perspectives plus larges que la notion de migration. La diversité des situations et les reconfigurations de parcours sont au centre de ce premier sous-axe.

Marchés de la mobilité et de l’immobilité

La mobilité n’est pas seulement une contrainte, elle est aussi une ressource et un marché. Ces notions permettent d’éclairer sous un autre angle les initiatives prises autant par les non-migrants que les migrants pour favoriser comme pour freiner les circulations migratoires.

Objets et imaginaires de la mobilité

Les objets sont omniprésents dans la vie des migrants subsahariens. Loin d’être inertes, ils peuvent être considérés comme des « acteurs » à part entière des relations sociales et participer à la coproduction de la réalité.

Migrations et nouvelles dynamiques religieuses en Afrique méditerranéenne

L’émergence du religieux sur les scènes migratoires soulève des questions aussi bien sur les stratégies religieuses des migrants dans les nouvelles sociétés où ils passent et s’installent que sur les organisations confessionnelles en quête d’expansion et de reconnaissance.

Mots et catégories pour dire les mobilités

La question des catégories sociales et politiques, et avant tout de langage renvoie à un souci méthodologique et épistémologique au cœur de nos travaux. Elle peut aussi constituer un objet de recherches à part entière.

Recherche

Agenda

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top