Accueil / Membres / Membres permanents / SCORNET Catherine

SCORNET Catherine

Maître de conférences, département de sociologie, Aix-Marseille Université

catherine.scornet univ-amu.fr

Parcours

Formation

Doctorat de démographie de l’université Paris V – René Descartes – Sorbonne sous la direction du Professeur Yves Charbit, « Fécondité et politique dans le delta du fleuve Rouge (Viêt-Nam), Laboratoire Popinter.

Thèmes de recherche

Mots clés : politiques familiales et démographiques, encadrement politique, régulation de la fécondité, sexualité, jeunesse, genre, Viêt-Nam

Principales questions scientifiques

Depuis le milieu du 20e siècle, la population est devenue un objet central de pouvoir au Vietnam. Le Vietnam a instauré une gestion politique de la vie ou biopolitique (M. Foucault, cours au collège de France, 1977-1978) par la construction d’un appareil bureaucratique de planification de la reproduction. A partir des années 1960, le gouvernement de la population s’est d’abord concentré sur la limitation de la quantité (limiter la croissance et la taille de la population), puis à la fin du XXe siècle s’est tourné vers la qualité de cette population. Le contrôle est une économie du pouvoir qui gère la société en fonction de modèles normatifs globaux intégrés dans un appareil d’Etat. L’intériorisation de la norme correspond à une pénétration extrêmement fine du pouvoir dans les mailles de la vie. La norme correspond à l’apparition d’un bio-pouvoir, c’est-à-dire d’un pouvoir sur la vie : naissance d’une véritable « médecine sociale » : mise en place d’un appareil de médicalisation collective gérant les populations (contrôle de la santé, contrôle de la population, programmes de prévention des naissances par la contraception et l’avortement (C. Scornet, 2009). Cet appareil de médicalisation collective (telles que la planification familiale et la santé de la reproduction) permet d’appliquer à la société une distinction permanente entre le normal (par exemple, avoir un ou deux enfants) et le pathologique et d’imposer un système de normalisation des comportements et des existences.

Déjà dans les années 1960, mais surtout à l’apogée des programmes de limitation des naissances dans les années 1990, les préoccupations politiques et scientifiques en matière de population tournaient autour de la croissance démographique et des moyens de la juguler (Scornet, 2009). A l’orée du 21e siècle, on assiste à l’émergence des questions sexuelles dans le débat public, et en particulier de la sexualité des jeunes. Dans quel contexte les questions sexuelles ont-elles émergées au Việt Nam ? Quelles en sont les conditions ?
La baisse de la fécondité (une femme vietnamienne mettait au monde 6,8 enfants en moyenne au début des années 1970, elle n’en a plus que 2 en 2009) va de pair avec de nouvelles attitudes en matière d’amour et d’intimité. Elle est la condition et le résultat d’un changement des rapports de genre et de la sexualité (M. Bozon, 2002). C’est dans le contexte d’une différenciation progressive du sexe vis à vis des impératifs de la reproduction que peut émerger la sexualité. Dans une société où il est normal de continuer à faire aujourd’hui ce que l’on faisait hier, où des pans entiers de l’existence sont régis par des habitudes et des modèles préexistants, les individus ne disposent pas de la possibilité de chercher et de choisir à leur gré le style de vie qu’ils entendent adopter. Autrement dit, les choix quant au mode de vie ne peuvent exister que dans une société où la « narration réflexive du soi » est possible, à savoir les sociétés modernes. L’identité sexuelle (une revendication d’autonomie et d’épanouissement dans le domaine sexuel) représente dans ces sociétés un élément central de la narration de soi (A. Giddens, 1992). En Occident et dans les sociétés individualisées contemporaines, la sexualité est devenue une composante importante de la construction de soi. Qu’en est-il au Viêt-Nam ? Par quoi se manifeste la modernité sexuelle au Viêt Nam ?

Le sexe est politique. L’autre condition à l’émergence de la sexualité est une condition politique : ce qui change aujourd’hui c’est la politisation de la sexualité, la politisation de la sphère privée et de l’intimité

Intitulé des programmes

Programmes achevés

  • Avortement au Viêt-Nam

Programmes en cours

  • Jeunesse, genre et sexualité au Viêt-Nam
  • Réseaux sociaux et associatifs au Viêt-Nam

Enseignements et diffusion des connaissances

Enseignements au département de sociologie d’Aix-Marseille Université :
cours de Licence 1 : Connaissance des phénomènes démographiques 1
cours de Licence 2 : Histoire démographique et sociale
cours de Licence 3 : Démographie
cours le Master 2 : Sociologie de la socialisation, familles, genre et politiques publiques

Direction et codirection de thèse

Thèse de Dang Thi Viêt Phuong « Réseaux sociaux et associatifs en milieu rural du delta du fleuve Rouge »

Responsabilités administratives

Directrice des études du département de sociologie (AMU), responsable de la Licence de sociologie

Responsable de la Licence 1

Publications

1 résultat
Communication dans un congrès
François Guillemot
Entre héroïsme et tragédie : la question des jeunesses de choc pendant la guerre du Viêt-Nam (1965-1975). Approche sociale, statistique et historique
Sociétés et identités plurielles au Viêt-Nam, Laos et Cambodge contemporains (Séminaire coordonné par Claire Trân Thi Liên & Catherine Scornet), EHESS, Mar 2007, Paris, France

> Téléchargez la liste des références

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top