Accueil / Membres / Doctorants / ROUADJIA Anna

ROUADJIA Anna

Doctorante en Sociologie : La place de la ’’nature’’ dans la gestion et les usages des villes en Méditerranée. Héritages, ruptures et perspectives : une comparaison Marseille-Alger.

Contact : a_rouadjia hotmail.com

Parcours

Établissement de rattachement - Adresse administrative :

Aix Marseille Université

Spécialité scientifique :

Sociologie et Géographie

Période d’accueil :

2012 - 2015

Encadrant(s)/directeur(s) :

Directeur : Mr H. Mazurek

Co-directeur : Mme C. Claeys

Mots clefs :

Environnement urbain, processus de patrimonialisation, espace public, politique urbaine, modèle de développement, gestion des ressources, citadinité, appropriation socio-spatiale

Description du projet :

Les villes d’Alger et de Marseille sont devenues des sites par excellence d’environnements urbains et écologiques en perpétuelles dégradations. Les problèmes qui s’y posent avec acuité sont liés à la croissance urbaine et démographique, suivie d’une dégradation du cadre du bâti et de l’accès au logement, d’une circulation automobile en surplus suscitant des goulots d’étranglement et des pollutions étouffantes, mais aussi d’un manque de ressources en eau doublé d’une mauvaise gestion des déchets et d’un manque crucial d’espace verts et d’espaces publics où les citadins puissent se détendre. L’érosion des sols, des espaces agricoles et des territoires littoraux aux alentours d’Alger et de Marseille, l’empiètement incessant du béton et le déversement des ordures ménagères sur le bord des routes, dans le creux des rivières et dans la mer, offrent l’image de villes et de natures environnantes défigurées par l’anthropisation.

L’émergence d’un intérêt pour la nature en milieu urbain constitue une des composantes incontournables de la conception des villes en ce XXIe siècle. Au cours de ces dernières décennies,
la perception des dommages que les sociétés sont en mesure de causer à leurs environnements a eu comme conséquence, la mise en perspective de processus de protection, de conservation, de restauration des milieux naturels. Cette prise en compte récente de la place des éléments naturels en ville, tant par les politiques qu’au sein des sciences sociales, fait écho aux transformations plus globales des relations de l’homme à la nature et de la redéfinition des rapports entre science et société. Que nous apprend donc la gestion urbaine des espaces naturels sur le rapport de ces deux sociétés méditerranéennes à la science, à la technique et à la nature ? En quoi cette prise en compte par les politiques publiques des problèmes liés à l’écologie urbaine peut-elle à son tour influencer et orienter la socialisation des hommes à leur environnement ?

Comparer les villes de Marseille et d’Alger, c’est faire ressortir la manière dont chacune aménage le territoire et distribue sa population à travers l’espace, comment, dans l’une et l’autre, les individus ainsi agglomérés vivent leur rapport à l’environnement, à l’écologie, et de quelle manière, enfin, ils se comportent entre eux et vis-à-vis de la nature environnante. Les différences de perceptions et de vécu de l’espace, d’une ville à l’autre, tiennent à leurs trajectoires respectives et à la culture qui informe ses habitants. L’environnement en tant qu’objet scientifique, apparaît comme un thème transversal et il s’agit, pour comprendre cette thématisation progressive et croissante des questions environnementales, mais également la manière dont les populations s’en emparent, d’adopter une approche interdisciplinaire. Cette perspective comparative s’appuiera sur l’articulation de savoirs que nous considérons complémentaires : ceux issus de la géographie, de la sociologie et de l’urbanisme. Nous prendrons également en considération l’élément diachronique, soit l’héritage historique, en tant qu’élément explicatif nécessaire à la compréhension des fondements anthropologiques du rapport des hommes à la nature et aux processus de ’’fabrication’’ des villes.

Nous interrogerons les contextes de décision, d’élaboration et d’application des politiques environnementales visant la conservation et la protection de la nature, tout en analysant comment elles se traduisent dans l’espace urbain, et comment ces volontés politiques participent à leur tour d’une redéfinition du rapport des hommes à leur environnement naturel. En ce sens, il s’agira de mettre en évidence à la fois ce qui distingue de ce qui rapproche les modèles de planification socio-écologiques des villes d’Alger et de Marseille, en tentant d’expliquer les logiques d’acteurs sociaux et leurs systèmes de valeurs, tout en mettant en perspective la rencontre et les éventuels décalages entre les exigences environnementales locales et celles issues des accords régionaux et internationaux de coopération.

Financement(s) :

Bourse LABEX

Publications

4 résultats
Article dans une revue
Cécilia Claeys, Jeremy Giuliano, Hervé Tepongning Megnifo, Laurent Fissier, Anna Rouadjia, Cécile Lizée, Cyril Geneys, Nathalie Marçot
Interdisciplinary analysis of socio-environmental vulnerabilities: urbanized cliffs on the Mediterranean coastline.
Natures Sciences Sociétés, EDP Sciences, 2017, 25 (3), pp.241 - 254. 〈10.1051/nss/2017053〉
Article dans une revue
Anna Rouadjia
Le paradoxe de la gestion des espaces verts : entre volonté de maîtrise et laissez-faire
Vertigo, Paris : Avancées cinématographiques, 2017, 〈10.4000/vertigo.18338〉
Article dans une revue
Nelly Parès, Mélanie Favrot, Anna Rouadjia
Usages du sol : entre exploitation des ressources naturelles et protection de l'environnement
VertigO : La Revue Électronique en Sciences de l'Environnement, VertigO, 2017
Chapitre d'ouvrage
Anna Rouadjia
Aménager les espaces verts et ménager l’image d’Alger : représentations en tension
Srir, Mohamed. Dynamiques urbaines à Alger. La (re)fabrication de la ville en questions, L'Harmattan, pp.85-112, 2016

Membres

Agenda

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top