Accueil / Membres / Membres permanents / GRÉMONT Charles

GRÉMONT Charles

Chercheur IRD

Parcours

Formation

  • Thèse de Doctorat en histoire, Les Touaregs Iwellemmedan de l’ouest (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle du Niger (Nord-Mali). Alliances, relations de pouvoir, identités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Pierre Boilley.
  • DEA d’histoire, Les Touaregs Iwellemmedan de l’ouest (Nord-Mali), de la conquête coloniale à nos jours. Résistances et intégrations aux nouveaux espaces, Université Paris VII Denis Diderot, sous la direction de Mme Catherine Coquery-Vidrovitch.

Thème(s) de recherche

Mots clés :

  • Histoire et anthropologie des sociétés pastorales du Sahara et du Sahel.
  • Histoire des situations de crise (conquête coloniale, sécheresses, révoltes armées).
  • Histoire des liens sociaux, des relations de pouvoir, des formations politiques.
  • Représentations et pratiques de l’espace, du territoire, des frontières.
  • Changements environnementaux, régimes fonciers et décentralisation.

Pays d’étude

Mali, Niger, Sénégal, Tchad

Principales questions scientifiques

Mes recherches portent sur les recompositions sociales et politiques au sein des sociétés pastorales du Sahara et du Sahel. Dans un contexte contemporain marqué par les changements environnementaux (induits notamment par les grandes sécheresses des années 1972-74 et 1984) ; par les programmes d’ajustements structurels entrainant le désengagement de l’Etat au niveau des politiques publiques et imposant des réformes institutionnelles (décentralisation) ; par la « globalisation » des échanges économiques et développement des outils de communication (voitures, téléphonie, internet…) ; par l’emprise des marchés sur le fonctionnement des sociétés – les sociétés nomades du Sahel élaborent des réponses et des stratégies différentes : ancrage au sol d’un côté, et redéploiement mobilités (plus loin, plus vite, autrement) de l’autre. Ce double phénomène coexiste de façon subtile et intéressante au sein des sociétés, des tribus, des lignages, des familles et même des individus.
A travers une perspective à la fois historique et anthropologique, je cherche à retracer au plus près le processus de sédentarisation, enclenché massivement à partir des années 1980, tout en interrogeant les liens maintenus et développés avec les nouveaux mondes de la mobilité. Sur un plan théorique, on peut émettre l’hypothèse que la fixation des pasteurs-nomades renvoie à une stratégie d’appropriation des ressources, et rejoint en cela un des fondements de la mobilité.

Depuis début 2012, je porte une attention particulière à la crise de grande ampleur que traverse le Mali, particulièrement dans ses régions Nord. L’analyse de l’échec des accords de paix précédents entre l’Etat central et les groupes armés au Nord, est un préalable si l’on veut comprendre aujourd’hui les nouveaux points de blocages et envisager des pistes de solutions pérennes. Une réflexion au carrefour de l’histoire et de l’anthropologie politique et juridique.

Intitulé des programmes

  • Depuis 2011, membre du programme de recherche ESCAPE (Environmental and social changes in Africa : past, present and furure), financé par l’ANR. Volet Sciences humaines et sociales coordonné par le Laboratoire Population Environnement et Sociétés (LPED) de l’IRD. Le propos de cette recherche est de mesurer l’impact des changements climatiques et environnementaux sur l’évolution des pratiques agropastorales et, plus largement, sur la dynamique des rapports sociaux et familiaux ; et d’enchâsser cette réflexion socio-environnementale dans la complexité des transformations sociales.
  • 2006-2009, membre du programme PRANO (La question du pouvoir dans les recompositions sociales et religieuses en Afrique du Nord et de l’Ouest), financé par l’ANR et coordonné par Mme Sophie Caratini (anthropologue, directrice de recherches au CNRS, laboratoire CITERES, Université de Tours). Projet de recherche composé d’une dizaine de chercheurs européens et africains (anthropologues, historiens et politologues).
  • 1998-2004, membre d’une équipe de recherche au sein de l’IRAM (Institut de recherches et d’application des méthodes de développement) travaillant sur la déstructuration des liens sociaux et familiaux dans les situations de crise (programme financé par la Fondation de France). Nombreuses missions au Nord-Mali et rédaction d’un ouvrage.

Enseignements et diffusion des connaissances

Intervenant extérieur dans des collèges et des lycées – cours d’histoire et de géographie. Séances consacrées à l’histoire de la colonisation française au Sahara et au Sahel, à partir de témoignages recueillis auprès des populations anciennement colonisées ; aux systèmes de production développés dans les pays sahéliens ; à la question des relations Nord-Sud et interculturelles.

2012-2014 : Intervenant dans le programme de l’IRD et de la Villa Méditerranée « Parcours migratoires », puis « Villes en question », auprès d’une classe du Lycée Nord de Marseille.
http://www.jeunes.ird.fr/parcours-m...

Chargé de cours 2012-2013, Université Aix-Marseille, « Anthropologie et colonisation », Masters 1 et 2.

Publications

3 résultats
type pub SON
Charles Gremont, Cedric Parizot, Delphine Perrin
Acteurs du passage et du blocage des mobilités
2017
Article dans une revue
Charles Gremont
Origines et perspectives des conflits menés par des Touaregs au Mali
ENA Hors les murs, magazine des anciens élèves de l'ENA, Association des Anciens Élèves de l'École Nationale d'Administration, 2017
Article dans une revue
Dominique Casajus
Compte rendu de : Charles Grémont, Les Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle du Niger, 2010, Paris, Karthala Voir texte en ligne : https://africanistes.revues.org/3798
Journal des Africanistes, Société des Africanistes, 2011, 81 ((2)), pp.199-201

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top