Accueil / Membres / Anciens membres / DIA Hamidou

DIA Hamidou

Sociologue, chargé de recherche à l’IRD en 2010-2011

Formation
Thèse en sociologie « Espaces domestiques, espaces villageois, espaces urbains multi-situés. Cinquante ans de migrations à partir de la moyenne vallée du fleuve Sénégal » sous la direction de Jean Copans, Université Paris Descartes, 30 novembre 2009.

Diplôme supérieur de journalisme, CESTI, Dakar, 1998.

Thème(s) de recherche
Mots clés : ethnographie multisituée ; migrations, espaces transnationaux ; familles et économies domestiques ; islam au sud du Sahara ; enseignement supérieur.
Pays d’étude : Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mauritanie, Mali) ; migrations en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis.
Principales questions scientifiques :
On a souvent étudié séparément les migrations dites de travail et celles qui concernaient les étudiants. Cette dissociation entre les deux types de migrations a pu être valable pendant les premières années des indépendances africaines ; actuellement les données empiriques suggèrent de rompre avec ce clivage dans la construction des objets. Pour mieux montrer ce brouillage des distinctions entre plusieurs types de migrations (étudiants et ouvriers et/ou employés ; citadins et ruraux ; hommes et femmes, mondialisation par le haut et mondialisation par le bas, etc.), j’ai entrepris d’étudier dans ma thèse une unité sociale riche en interconnaissance, un village situé au Nord du Sénégal et producteur de migrations internationales depuis l’indépendance du pays. J’ai alors forgé le concept de village multi-situé : il faut entendre par là, non seulement les résidents du site originel, mais aussi les ressortissants du village présents sur les différents sites de la migration..
Dans le contexte à ce jour étudié, les migrations sur cinquante ans ont produit quelques destins exceptionnels. Mais la plupart des migrants en France appartiennent aux classes populaires. Ils sont ouvriers, notamment dans l’automobile, ou pour les dernières générations, employés (restauration, gardiennage…). Des travaux ont mis en évidence l’importance du « capital d’autochtonie » pour les membres des classes populaires et se sont interrogés sur son devenir depuis les années 1970. Les migrants étudiés sont pour certains syndicalistes, parfois investis dans la vie politique française. Mais ils ont aussi une autre scène sociale locale : celle constituée autour du village et de la région d’origine, qui prend une place plus ou moins importante en fonction du contexte et peut être, dans certaines familles, le fondement de l’estime de soi. A l’inverse, les échecs en migration, notamment à travers le devenir des enfants, ont un retentissement jusque dans la région d’origine et peuvent bouleverser la place d’une famille dans l’échelle locale de la réussite. A la différence de la thèse qui mettait en évidence des stratégies économiques et de mobilité sociale de collectifs familiaux dans des contextes de changements continus à la fois dans le pays d’origine et sur les territoires d’installation, le projet de recherche en cours propose de s’interroger sur le fonctionnement de cette sorte particulière de capital d’autochtonie qui fonctionne à distance et de manière transnationale

Intitulé des programmes :
MIGRELI (Instances religieuses et d’origine confessionnelle sur les routes de la migration africaine – Coordinatrice : Sophie Bava, LPED) ;
MIPRIMO (Migration prise aux mots – Coordinatrice : Cécile Canut, CEPED)
ESCAPE (Environmental and Social Changes in Africa : Past, present and futurE – Coordinateur : Benjamin Sultan)

Quelques publications

Dia Hamidou, « Les villages multisitués sénégalais face à la nouvelle configuration migratoire mondiale », Hommes et migrations, n°1286-1287, juillet-octobre 2010, pp. 234-244.

Dia Hamidou, « Les ressources d’une diaspora de la moyenne vallée du fleuve Sénégal », in DIOP Momar Coumba (dir.), Le Sénégal des migrations : mobilités, identités et sociétés, Karthala, 2008, pp. 179-194.
Dia Hamidou, « Villages multi-situés du Fouta-Toro en France : le défi de la transition entre générations de caissiers, lettrés et citadins », Asylon, mars 2008, n°3 « Migrations et Sénégal », http://terra.rezo.net/rubrique133.html.

Dia Hamidou, « Les investissements des migrants dans la vallée du fleuve Sénégal : confiance et conflits d’intérêt », Revue Européenne des Migrations Internationales, volume 23, n°3, 2007, pp. 29-49.

Dia Hamidou, « Le téléphone portable dans la vallée du fleuve Sénégal », Revue Agora, n°46, quatrième trimestre 2007, pp 70-80.

Membres

Agenda

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top