Accueil / Personnel / AUDREN Gwenaëlle

AUDREN Gwenaëlle

Thèse de Géographie :

Titre provisoire de la thèse :
« Espace scolaire, espace social : quelles interactions citadines sur la géographie scolaire à Marseille ».

audrengwenaelle yahoo.fr - Curriculum vitae

Maître de conf. UMR TELEMME

Établissement de rattachement - Adresse administrative :

Université de Provence. Ecole Doctorale Espaces, cultures et sociétés. 5, rue du château de l’horloge BP 647 13094 Aix-en- Provence France.

Spécialité scientifique :

Géographie

Période d’accueil :

2009 - 2013

Encadrant(s)/directeur(s) :

Directeur : Mme Dorier Apprill

Co-directeur : Mme Baby Collin

Mots clefs :

ségrégation socio-spatiale, recompositions territoriales locales, collège, service public, service marchand, logiques privées, gestion de la ville, politique de la ville, politiques scolaires, ZEP, carte scolaire, stratégies familiales, contournement-évitement

Description du projet :

La thématique principale de ce projet de thèse est l’analyse géographique du lien entre l’école et la Ville, et ses évolutions récentes, dans la commune de Marseille. Il s’agit, d’une part, de réaliser une analyse à l’échelle de toute la commune par spatialisation des données quantitatives relatives aux collèges d’enseignement secondaire (données du rectorat, avec lequel une convention a été signée). D’autre part, une analyse des politiques et pratiques scolaires (basée sur des entretiens avec des acteurs : responsables éducatifs, directeurs d’établissements, parents d’élèves) permettant la mise en évidence de territorialités. Enfin, l’analyse de contextes géographiques urbains à des échelles plus fines (sélectionnés par choix raisonné à partir de diagnostics socio-spatiaux).

Marseille, connaît depuis dix ans une accélération des recompositions socio-spatiales. La disparité des revenus s’accentue entre secteurs de la ville, et les contrastes urbains s’enregistrent désormais à des échelles de plus en plus fines ce qui complexifie la géographie sociale marseillaise dans le sens de fragmentations locales qui se superposent à la carte classique de la ségrégation. Les difficultés budgétaires de la ville, les grands projets dont elle a bénéficié ainsi que ses options politiques libérales orientent des choix nouveaux en matière d’urbanisation et d’équipement. La place de l’école est/devient un réel enjeu dans ces territoires en mutation. L’objectif principal est d’éclairer les nouvelles formes de recompositions urbaines à travers le prisme de l’offre scolaire, des liens entre la politique de la ville et les politiques scolaires ainsi que les stratégies familiales.
La façon de pratiquer l’école ou de construire l’offre scolaire influence et transforme la ville. Il est donc important d’identifier le rôle de l’école dans l’évolution des territoires urbains. Quel est son rôle dans l’évolution de la ségrégation socio-spatiale ?

Même face aux investissements de la politique de la ville dans le secteur de l’éducation (ZEP etc…), il apparaît que le poids des contextes locaux (urbains, socio-économiques, résidentiels) soit plus lourd et affecte les choix et les pratiques des différents acteurs en matière d’éducation. Comment les fortes recompositions socio-territoriales de certaines parties de la ville déterminent l’évolution des contextes de scolarisation et déterminent la mise en place de stratégies scolaires ?

Parallèlement, l’évolution du système scolaire affecte les représentations des secteurs d’enseignement. L’image du secteur public se dégrade face à la banalisation et à la survalorisation du secteur d’enseignement privé. Les parents n’ont plus la même vision des établissements scolaires et le changement de ces perceptions entraîne une évolution des pratiques scolaires dans la ville.
Notre posture repose sur une double approche :

  • L’espace scolaire est une des formes de l’espace social et politique. Son analyse spatiale repose sur une construction systémique.
  • Le rôle de différents acteurs institutionnels (public et/ou privé, de l’éducation ou de l’urbanisme) ainsi que les interactions citadines locales et les stratégies familiales sont constructrices de territoires scolaires différenciés.

L’enjeu est d’évaluer le poids de différents acteurs institutionnels (responsables politique, académique…) et individuels (parents d’élèves) à travers les stratégies et/ou pratiques qu’ils développent face à l’école. Dans quelle mesure les choix et politiques menés par les acteurs institutionnels conditionnent l’évolution de l’offre scolaire et créer des espaces scolaires « réservés » à certaines classes de population ?

Par ailleurs, une attention particulière est portée sur les pratiques de scolarisation des parents d’élèves à l’entrée en sixième ainsi que les stratégies développées (évitement dans le secteur public, recours au secteur privé). Dans quelle mesure les stratégies d’évitement des parents d’élèves contribuent au creusement des inégalités scolaires ?
La problématique générale s’articule autour de deux principales questions :

  • Quels sont les impacts des pratiques scolaires (de différents acteurs) sur le territoire ?
  • Dans quelle mesure elles participent à l’évolution des formes de la ségrégation dans la ville ?

Programme(s) de rattachement :

Puca (enclaves résidentielles fermées à Marseille), ANR Eurequa, Ville Passante (Marseille)

Financement(s) :

Allocation de recherche 2009-2012

Bibliographie :

Audren G., 2012, « Dynamiques scolaires et recompositions socio-territoriales : quels impacts sur la ségrégation à Marseille ? », in Géographie, Économie, Société 14 (2012) 147-168.

Audren G., 2012, « Dynamiques scolaires et recompositions socio-territoriales à Marseille », in Rives méditerranéennes, n° 42, juillet 2012, pp.135-155.

Dorier-Apprill E., Berry-Chikhaoui I., Bridier S., Baby-Collin V., Audren G., Garniaux J., 2010, « La diffusion des ensembles résidentiels fermés à Marseille. Les urbanités d’une ville fragmentée », rapport de recherche rendu au PUCA (plan urbanisme construction architecture), 213p.

Dorier-Apprill E., Audren G., Garniaux J., Oz R., Stoupy A., 2008, « Ensembles résidentiels fermés et recompositions urbaines à Marseille », Pouvoirs locaux, vol.3 n°78, p. 92-98.

Programmes en cours

OSU IRD Logo Labex Med MedLabex Fédération ECCOREV Mediter

Top